Materiel Photo

Voici un sujet pour éclaircir un point qui peut être fâcheux pour beaucoup de futurs mariés: les tarifs d’un photographe de mariage. Je vais tenter d’être le plus objectif et le plus transparent possible, et pour cela je ne parlerai que de ma situation professionnelle. Personnellement je n’ai rencontré que quelques couples qui n’ont pas compris mes pratiques tarifaires, mais c’est surtout sur les forums et blogs internet que j’ai pu lire des commentaires assez voraces. Et quand je dis « voraces », je pèse mes mots.

Un photographe de mariage, c’est avant tout un artisan qui gagne sa vie grâce à ses images. C’est son métier, son gagne-pain, et en tant que gagne-pain il doit faire payer ses prestations. Donc avoir une pratique tarifaire adaptée aux besoins du métier. Et les besoins du photographe de mariage, mon dieu qu’il y’en a beaucoup. Explications.

Je compte me lancer en tant que photographe de mariage, donc pour cela je dois d’abord faire une étude de marché puis calculer les frais nécessaires pour le bon fonctionnement de ma nouvelle société. Une fois l’étude de marché réalisée, je vais m’intéresser aux particularités du métier. Les mariages se déroulent très majoritairement les samedis, et de temps en temps les vendredis ou dimanches (mais rarement). Il y’a en tout 52 semaines dans l’année, donc 52 samedis, soit 52 mariages possibles à photographier. Mais je me rend vite compte que durant l’hiver, très peu de couples se marient. A vrai dire la période haute des mariages commence autour d’avril et se termine fin septembre. Allez, pour arrondir les choses, disons 6 mois de saison haute, soit 26 samedis de travail. Je dois donc réaliser la totalité de mon chiffre d’affaires sur cette courte période. Sachant que je suis professionnel, tout est déclaré, donc il y’a (dans mon cas) 25% qui partira pour les taxes, sans compter les impôts sur le revenu. Disons que c’est ma première année, je souhaite atteindre l’objectif d’avoir un smic mensuel net d’environ 1150€. Voici mes calculs:

-Mon Objectif: 1150€ x 12 mois = 13800€ NET

-Mes taxes: 25% x 13800€ = 3450€

-Mon total: 13800€ + 3450€ = 17250€ de chiffre d’affaires à réaliser IMPERATIVEMENT

Donc si je réalise 26 reportages mariage durant la saison haute, 17250€/26=663.46€. Je dois donc facturer environ 665€ la prestation sur 26 reportages pour atteindre mon objectif. OHHH MAIS PARDI, j’oubliais quelque chose, je n’ai pas ajouté les charges professionnelles. Et oui, il y’a une grande différence entre les taxes et les charges. Les taxes sont ce que prélève l’état (retraites, CSG, assurances maladie etc…), et les charges sont ce que je dois dépenser pour faire fonctionner ma société. Mince, il n’y a plus qu’à recommencer tout mon calcul. Voyons voir en détails mes dépenses professionnelles:

1/Achat de matériel photo: 2 réflex (au cas à un appareil est HS, j’en ai un autre en backup): 2500€ (pour du moyen de gamme)

2/3 objectifs, 1 grand angle, 1 zoom et 1 macro pour les photo de détails: 1500€ (et encore je suis gentil pour ce prix)

3/1 flash cobra pour les photos en intérieur: 250€ (flash entrée de gamme)

4/4 cartes mémoires: 100€ (au moins 4 cartes de 16go chacune)

5/2 batteries supplémentaires: 80€

6/1 sac de rangement: 120€ (je veux du solide, le matériel coûte très cher)

7/1 ordinateur: 800€ (ce sera suffisant pour le début)

8/1 disque dur externe de 3to pour la sauvegarde: 150€

9/1 logiciel de retouches photo: 250€ (prix moyen, ça peut être plus, ça peut être moins)

10/1 connexion internet: 240€ (20€ mensuel)

11/1 site web: 120€ pour l’hébergement et l’achat du nom de domaine.

12/Frais pour la création du site: 350€ (C’est le tarif pour qui arrive à créer son site seul, les frais pour un webmasters peuvent aller jusqu’à 3000€)

13/2 costumes pour les mariages: 400€ (Chez Brice et nulle part ailleurs lol)

14/1 forfait téléphone illimité pour les contacts clientèles: 240€ (20€ mensuel également)

15/Frais de déplacement: 1200€ (basé sur mes dépenses professionnelles annuelles moyennes)

16/Assurance pour la voiture: 400€ (Pas de voiture, pas de mariage)

17/Frais pour les DVD, livres, tirages photo et autres pour les mariages: 2500€ (varie en fonction des commandes, j’ai pris la moyenne basse)

18/Frais divers (réparation de la voiture, maladie, casse de matériel…): 1500€

J’ai ajouté dans cette liste le strict nécessaire pour le bon fonctionnement de ma société. Tout ce qui est pour la nourriture, l’achat des habits, les frais d’habitation et autres sont déduits du salaire, soit le smic. Si d’après vous j’ai oublié certains points importants dans la liste n’hésitez pas à l’ajouter dans les commentaires et j’actualiserai l’article. Faisons maintenant à nouveau les calculs:

-Mon Objectif: 1150€ x 12 mois = 13800€ NET

-Mes charges professionnelles: 12700€

-Mes taxes: 25% x 13800€+12700€ = 6625€

-Mon total: 13800€ + 12700€ + 6625€  = 33125€ de chiffre d’affaires à réaliser IMPÉRATIVEMENT POUR ETRE SMICARD

33125€ / 26 = 1274€ par mariage

Voili voilou, la conclusion parle d’elle même n’est-ce pas? Un photographe de mariage qui réalise 26 mariages à l’année et qui demande un tarif en dessous des 1274€ a donc un niveau de vie en dessous du seuil de pauvreté. Du moins pour la première année car les frais sont toujours plus importants. Mais il faut aussi savoir que réussir à avoir 26 mariages en haute saison est un très bel exploit car il faut faire énormément de marketing pour arriver à signer 26 contrats. Personnellement je n’y suis pas encore arrivé (à l’heure où j’écris cet article j’en suis à 22 contrats pour cette année 2014). Avoir un salaire de smicard n’est vraiment pas une assurance pour le photographe de mariage car il a tellement de frais professionnels que le moindre incident (maladie, accident, vol) pourrait mettre en danger sa société. De plus nous passons tout notre temps à travailler vos images, nous n’avons pas nos weekends, nous dormons très tard et nous ne comptons plus nos heures de travail (Vous pouvez lire mon article sur ce que fait un photographe de mariage en dehors du reportage). Et les 6 autres mois restants de l’année? Et bien nous faisons du marketing pour réussir à signer les 26 contrats de la saison haute, rien de plus rien de moins.

J’espère avoir éclairci ce point qui fait couler beaucoup d’encres sur les forums et blogs internet. Je dois dire que quand je lis des témoignages qui sont à la limite de l’insulte, je suis énervé et triste à la fois. Il est vrai qu’il n’y a pas assez de communication sur ce magnifique métier en france, et il est aussi vrai qu’il y’a des « profiteurs » pour essayer de se « faire un max de blé » (si si je connais une personne qui dit ça) les samedis, mais la réalité est toute autre. Nous sommes d’honnêtes travailleurs passionnés, nous ne gagnons pas « un max de blé », et nous faisons tout ça pour l’amour du métier.

A bon entendeur

Wei

A lire également:

1-5 idées reçues sur les photographes de mariage

2-Choisir le bon photographe de mariage

3-Rencontrer le photographe de mariage

13 Réponses

  1. axianephotographe

    les 12700€ ne sont pas annuels car tu ne vas pas renouveler ton matériel tous les ans…
    Tu aurais du mettre d’un coté les dépenses annuelles et le coût du matériel d’un autre côté que tu divises par 4 par exemple (disons que tu renouvelles tous les 4 ans).

    Répondre
    • Monique Marchand-Arvier

      C’est vrai que l’on ne renouvelle pas tous les ans le matériel mais les coûts indiqués pour les objectifs (surtout) et le boitier ne sont pas très élevés, 3 objectifs de qualité à 1500€…. De même les 26 mariages il faut les obtenir et, pour les obtenir, il va falloir payer… donc le compte est peut-être approximatif mais il reflète tout de même la réalité!

      Répondre
      • remy

        il y a des objectifs de qualité à 150 euros …

  2. Romain FLOHIC

    Super l’article !!!
    Je rajouterai juste qu’il manque l’assurance pro (responsabilité pro) même si la somme n’est pas importante, c’est quand même indispensable.
    Suivant la structure, il faut aussi un comptable !
    Coté marketing, on peut parler des publications payantes dans les magasines/journaux, des salons du mariages (qui nous prennent souvent pour des vaches à lait)

    Répondre
  3. Bibou

    Bonjour, votre démarche est tout à fait compr3hensible et noble, je suis entièrement d’accord sur ce que vous expliquez, malgré tout je me pose une question …. car depuis peu effectivement on eu voir des photographes pour pousser comme des champignons, la plupart autodidacte ou pseudo formation… donc on trouve du très bon comme du très mauvais … comme les dj dans tout mariage 🙂 j’en viens au fait …. certes pdt un mariage ça mitraille …. des milliers de photos sont prises (merci le numérique) mais vous ne passez pas 6 jours à traiter,selectionner les photos pour en faire un book ou un DVD !! Regarder lisez les notices de logiciels vous verrez que vous pouvez traiter en masse les photos avec quelques retouches individuelle toujours tout de même pour un résultat casi parfait et ça prend … une journee ou deux ! De plus pourquoi s’obstiner à faire que du mariage?! On peut trouver book mannequin ou essai e mannequinat… baptême,naissance,couples,soiree événement et j’en passe !! Je crois qu’il y a surtout eu une trop grosse économie sur l’étude de marché ou un mauvais choix des le départ ….
    Cdt

    Répondre
    • CHARPENTIER

      Complètement en désaccord avec Bibou qui semble considérer la partie post-production comme quelque chose de secondaire.
      Ce n’est pas dans les « notices de logiciel » que vous allez pouvoir analyser si la photo a besoin d’être retouchée et de quelle manière.
      Je suis photographe et retoucheur pro et, en moyenne, entre la sélection de plusieurs centaines de photo (en une journée ça va vite!!), et les retouches, je compte 5 mn par photo. Je parle de la retouche sérieuse qui nécessite une dizaine de traitements de correction ou d’affinage. Vous faîtes le calcul, ça fait 12 photos par heure, 96 photos par jour. Ça c’est ce que je peux raisonnablement facturer. Dans la réalité, je vais passer beaucoup plus de temps, tout le monde le sait car rien que pour sélectionner, par exemple 600 ou 800 photos, cela va vous prendre au moins la demie-journée voire beaucoup plus. Donc 2 jours de post-production c’est tout juste adapté pour un petit budget et une petite production de photos. Pour livrer 400 ou 500 photos bien évidemment qu’il vous faudra 4 ou 5 jours de post-production, si toutefois vous travaillez de manière professionnelle.

      Répondre
  4. esquissewei

    Bonjour à tous,

    Merci pour vos commentaires. Mon article a été écrit en 2014, année de mes 3 ans en tant que professionnel. Maintenant que l’on est en 2016 ma vision du métier est quelque peu différente. J’écrirai un nouvel article à ce sujet mais pour faire court il y’a aujourd’hui un écart entre l’offre et la demande. C’est un peu comme le métier de wedding planner en France. Il ne fonctionne pas car l’offre est trop forte par rapport à la demande (quasi inexistante au passage). Le numérique a clairement transformé ce métier, il n’y a jamais eus autant de concurrence qu’aujourd’hui. Comment les nouveaux venus peuvent-ils se faire une place dans ce monde? Difficile à dire. Peut être comme moi j’ai commencé, c’est-à-dire à coup de shooting gratuit et de prestations sous payées pour ensuite prouver que je réalise des photos qui valent un peu de reconnaissance???

    Répondre
  5. Mikael

    Si je peux me permettre il est indispensable de refaire un article rapidement, car expliquer pourquoi la prestation coûte cher parce que le professionnel à décidé de ne travailler que 26 jours par an mais malgré tout gagner le smic chaque mois de l’année… C’est peut être une des raisons pour laquelle les gens choisissent des alternatives aujourd’hui.

    Répondre
    • esquissewei

      je suis tout à fait d’accord avec toi Mikael, la haute concurrence, la baisse des prix dû au numérique, les labos photo qui marchent de moins en moins car il y’a moins de commande de tirages papier ou de livres affectent l’ensemble de la chaîne de production. Du coup être seulement photographe de mariage EN FRANCE (à ma connaissance) et passionné de ce travail ne fonctionne plus vraiment. De plus chercher des prestations ailleurs comme l’a dit Bibou est un travail pénible et obligatoire. Je passe en moyenne 2-3 heures par jour à faire du marketing en tout genre pour remplir mon agenda et idéalement il faudrait dépenser 2 fois plus. En soit cela ne me dérange par car j’en suis passionné, mais je connais beaucoup de personnes pour qui marketing rime avec maux de tête.

      Répondre
  6. Webstter

    Des objectifs de qualité à 150€ ? On ne doit pas avoir la même définition de qualité…

    Répondre
  7. Lilou

    Bonjour,

    Je trouve que vous exagérez un peu sur les tarifs sachant que la plus part des photographes d’aujourd’hui font ça en complément de salaire le week end et ont un autre travail à coté donc les tarifs peuvent être raisonnables

    Répondre
    • esquissewei

      Bonjour Lilou,

      Vous savez, un bon photographe de mariage qui vit de ses photos ne pourra jamais pratiquer de petits prix. Mais j’ai envie de vous donner raison même si je n’ai pas le droit, car avec les métamorphoses de ce métier et avec ce que vous affirmez, le métier de photographe de mariage en france n’est plus qu’un métier à temps partiel, chose assez triste car dans d’autres pays ce métier est encore très bien considéré.

      Répondre
  8. CHARPENTIER

    Bonne analyse que j’espère que les plus sceptiques comprendront.
    Par contre, là où je ne suis pas d’accord c’est qu’on ne peut pas se baser sur le nombre de mariages que l’on va couvrir pour fixer un prix. Imaginez alors celui qui arrive tout juste à signer 6 reportage de mariage, on imagine alors la somme folle qu’il va faire payer. Non ça n’a pas de sens. Le reportage photo est un métier qui se facture sur un taux horaire suivant 2 critères, la captation (et frais inhérents), et la post-production (incluant les options choisies). Le taux horaire que je pratique est de 60€/h la captation (taux incluant tous les frais et charges, pas besoin d’en faire une liste interminable 😉 et sur la post-production, en fonction de la quantité et du budget final je suis entre 45 et 50 €/h.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*
= 5 + 9