Avant de commencer, je voudrais dire que je suis photographe indépendant et que je fais aussi partie de ceux qui peuvent échouer. Pour le moment tout va bien, mais on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve, surtout avec ce métier qui est l’un des plus beaux, mais aussi l’un des plus insécuritaires qui soit.

Être photographe indépendant

Après la publication de la première partie sur ce sujet à controverse, cette deuxième partie va se montrer un peu plus organique dans sa réflexion. Je suis tout à fait conscient que le titre est très très radical, il y’a une raison à cela: la réalité l’est tout autant. Avant de me lancer dans cette aventure de photographe indépendant, je me suis renseigné pendant 1 an et demi sur tous les aspect de cette activité: Pratique photographique, marketing, web, comptabilité, gestion clientèle et étude de marché. Et j’ai pu constater qu’il y’avait déjà beaucoup de professionnels sur mon secteur d’activités. Sans l’énorme travail fourni, je me serai sans aucun doute retrouvé à mettre la clef sous la porte. Aujourd’hui encore, même si mon calendrier est complet et que beaucoup de projets sont en développement, je ne suis jamais sûr de ce que l’avenir me réserve.

De manière un peu désordonnée, voici d’après moi les raisons qui peuvent amener à l’échec d’une activité de photographe indépendant:

1/La photo c’est dur, très très dur: On peut être le plus doué au monde, ça ne change rien, la photo c’est très très dur. Il y’a tellement d’éléments à prendre en compte, et ce n’est pas seulement la technique photographique. Plusieurs de mes amis se sont lancés en tant qu’indépendant, et dans tous les cas un ou plusieurs aspects sont omis ou sous-estimés. Le résultat? Je vous laisse imaginer leur calendrier, malheureusement ils sont bien vides 🙁

2/Le marketing c’est anti-créatif: Et c’est un cliché, une idée reçue. Non le marketing n’est pas l’apanage des hommes d’affaires et autres multinationales. Non ce n’est pas quelque chose que seuls les êtres insensibles fous d’argent savent faire. Le marketing est un véritable art à part entière, et celui qui en parle le mieux, c’est mon gourou Michael Port. Le but du marketing est très simple: faire connaître la passion de votre travail à vos potentiels clients. Vu comme ça, ça paraît moins mystérieux non?

3/Une arme secrète: le pouvoir de dire non: L’une des meilleures en votre disposition, tout comme le clignotant pour le conducteur lol. Affirmez ce que vous aimez et ce à quoi vous n’adhérez pas. Refuser un contrat, une proposition de travail c’est aussi poser vos exigences donc affirmer votre identité et vos valeurs. N’acceptez pas tout et n’importe quoi sous prétexte que vous n’avez pas assez de travail. C’est bien le meilleur moyen de tuer votre identité personnelle et professionnelle.

4/Pas de boulot? Du boulot quand même: Personne n’est derrière vous pour vous trouver vos clients, pour mettre à jour votre site web ou développer vos relations professionnelles. le marketing entraîne les contacts clientèles, les contacts clientèles entraînent des opportunités de travail, et les opportunités de travail du chiffre d’affaires. Un cercle vertueux en quelque sorte. Conclusion: pas de boulot? Du boulot (marketing) quand même.

5/Il faut savoir se mettre à la place de son client idéal: Vous proposez un service, donc vous devez être professionnel. Imaginez aller à la boulangerie de votre quartier, vous vous attendez à payer votre baguette un certain prix, à faire la queue un certain temps (en fonction de la journée) et à avoir un accueil souriant et chaleureux. Si c’est ce dont vous espérez de votre boulangerie, il est trop fort probable que vos clients auront les mêmes à votre égard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*
= 4 + 0