Être photographe indépendant

Il paraît que si un indépendant a réussi à « survivre » à ses 2 premières années et qu’il n’a pas encore mis les clés sous la porte, c’est que son activité est viable. Et il faut aussi en moyenne 5 ans de développement pour être une société stable et pérenne. J’ai déjà parcouru la moitié de la route, passé le cap des 2 ans, et je vois mon horizon briller toujours un peu plus. C’est bon signe. Mais pour en arriver là, il m’a fallu en traverser des obstacles. Quand on se lance dans une telle aventure, on ne sait jamais ce que le lendemain nous réserve. Ça fait partie du jeu et il faut l’accepter. Être indépendant, quelque soit l’activité, demande beaucoup de rigueur et de courage. J’en ai vu beaucoup se lancer, et les résultats ne sont vraiment pas les mêmes d’une personne à l’autre. Chacun à sa manière de gérer son activité, il en va de soi. Mais il y’a un point commun à tous, c’est celui d’être indépendant. Si l’on ne s’informe pas assez sur ce statut avant de se lancer, on peut avoir de grandes chances de tomber, et surtout de tomber de très haut.

Pour ceux qui souhaiteraient en apprendre plus le fait d’être indépendant, voici en résumé 3 avantages et 3 inconvénients au statut d’indépendant.

Les 3 avantages

1/Vous gérez votre planning comme vous le souhaitez: Pas de patron derrière nous pour nous dire quoi faire et comment le faire, vous êtes libre de faire ce que vous voulez et quand vous voulez. Le matin vous pouvez faire la grâce matinée, vous pouvez travailler de chez vous donc pas d’embouteillages à subir, et si vous souhaitez prendre des vacances, c’est quand vous voulez. Le boss, c’est vous 🙂

2/Pas de limite de salaire: Vous gagnez votre vie en fonction de l’effort que vous fournissez. Si vous faites les choses comme il faut, vous verrez votre chiffre d’affaires grandir d’année en année. C’est un avantage considérable n’est-ce pas? Mais attention, pour bien gagner sa vie en tant qu’indépendant, l’effort à fournir est considérable.

3/Vous faites exactement ce que vous aimez: Je n’affirme pas que ceux qui travaillent en tant que salarié ne font pas ce qu’ils aiment. J’ai été salarié lorsque j’étais étudiant, et j’aimais beaucoup mon petit job. Il fallait que je démissionne pour me consacrer à mon diplôme (et j’étais triste de partir). J’entends par là qu’être indépendant vous permet de faire ce que vous voulez mais surtout à la manière que vous voulez. Vous gérez vos tâches selon vos habitudes et votre rythme, et ça c’est génial. En ce sens je pense que c’est un très grand avantage car il procure une grande satisfaction. Et quand vous aimez ce que vous faites, cela vous pousse à en faire plus donc à faire grandir votre activité. Un cercle vertueux.

Les 3 inconvénients

1/Être touché par le syndrome de la procrastination: Un procrastinateur est typiquement une personne qui a le don de toujours remettre au lendemain les choses qu’il pourrait fait aujourd’hui, car comme ces choses ne lui procure pas une satisfaction immédiate, il pense que les remettre à plus tard n’aura pas de conséquence particulière. Et malheureusement, c’est un syndrome que beaucoup d’entre nous possédons. Donc si vous pensez être atteint de procrastination, ça commence déjà très mal pour votre activité. Ce n’est pas quelque chose qui est typiquement lié aux indépendants, c’est un facteur typique de l’échec en général. En remettant une tâche importante au lendemain, vous la considérez comme moins importante, et du coup vous habituez votre cerveau et votre corps à toujours penser comme tel. Penons un exemple. Vous vous êtes enfin décidé à perdre 5kg pour revenir en forme, et c’est au départ la chose la plus importante après votre travail. 3 fois par semaine vous faites du sport pour atteindre votre objectif. Au bout de 3 semaines, vous voyez que les résultats sont encourageants, vous avez perdu 1kg. Durant la 4ème semaine, le jour où vous devez faire votre 2ème séance de sport, des amis vous propose de sortir boire un verre. Vous vous retrouvez alors dans une situation où vous devez choisir entre faire du sport ou boire un verre avec vos amis. Je pense que vous connaissez la suite de l’histoire, prendre un verre avec vos amis peut paraître anodin et sans danger sur votre objectif de perte de poids, mais ça peut être le début de la fin. Le faire une seule fois peut vous amener à le refaire encore et encore. Le temps passe exagérément vite, et quelques mois plus tard vous vous rendrez compte que votre objectif n’aura toujours pas été atteint. Dites-vous bien une chose, est-ce que boire un verre avec mes amis est plus important que faire du sport et atteindre mon objectif? Si ce n’est pas le cas, alors vous connaissez la réponse et savez ce qu’il faut faire en conséquence. Vous aurez toujours d’autres occasions de sortir vous détendre, croyez-moi.

2/ Paperasse, paperasse et paperasse: Ici personne n’est derrière vous pour vous pousser à vous organiser, à gérer vos factures, à prendre vos rendez-vous et à répondre aux coups de fils. Vous faites tout vous-même. Imaginez donc la montagne de travail. Par exemple, je suis photographe professionnel, mais il y’a des fois où je me sens plus informaticien car je passe 70-80% de mon temps devant mon ordinateur à retoucher mes photos, répondre aux mails, mettre à jour mes sites web et organiser mon planning. C’est un travail sans fin et ça peut être chronophage si l’on ne s’organise pas correctement.

3/ Marketing, marketing et marketing: C’est l’un des points les plus flous pour les indépendants qui débutent. Comment trouver des clients? A vrai dire il n’y a pas de réponse universelle à cette question, beaucoup de facteurs entrent en jeu et peuvent remplir votre agenda de commandes. Pour être assez sobre, je citerai quelques points importants: Votre manière de vous présenter, le bouche à oreille, votre site web, vos contacts professionnels, un blog et/ou vos références. A vrai dire tout est lié par des chaînes solides et très fragiles à la fois. C’est au final l’ensemble de votre manière de vous exprimer devant votre audience qui résultera de votre succès ou échec. J’ai remarqué que chez les créateurs audio-visuels, beaucoup d’entre eux DÉTESTENT, mais je dis bien DÉTESTENT le marketing. La raison est  qu’ils ne savent pas ce que c’est donc l’appréhendent. Je me souviens à une époque que je quand mon frère me parlait d’informatique et de langage HTML, j’avais mal à la tête dès les 10 premières secondes de conversation. Aujourd’hui je raffole d’informatique, j’ai appris les bases de plusieurs langages tels que PHP et le CSS, et je monte moi-même mes ordinateurs pour mon travail. Il y’a un début à tout et il faut se lancer tête baissée pour casser les barrières de l’appréhension pour évoluer, surtout lorsqu’on est indépendant.

Conclusion: Comme vous pouvez le voir, j’ai beaucoup plus de choses à dire sur les inconvénients que sur les avantages. Et il y’a une raison à cela: vous connaissez déjà les avantages. Les inconvénients sont bien plus subjectifs, et ce sont les points les plus importants. Si vous n’acceptez pas de travailler sur les fondements de votre activité et de maîtriser les inconvénients, vous ne goutterez probablement jamais au plaisir que procure ce statut. Comme dis plus haut je passe 70-80% de mon temps devant un écran d’ordinateur et non derrière le viseur de mon objectif. Non seulement je dois connaître mon métier, mais aussi avoir des notions en marketing et en informatique, savoir gérer mon planning et être rigoureux. PERSONNE n’est derrière moi pour me dire quoi faire, mais PERSONNE n’est derrière moi pour me dire que ça va bien ou que ça va mal. A vous de tout décider. Pour conclure je dirais qu’être indépendant c’est 80% de travail pour 20% de bonheur. Mais bon dieu qu’est-ce qu’ils sont bons ces 20% 🙂

4 Réponses

  1. lorene

    Bonsoir, merci pour vos articles! J envisage de me lancer comme indépendante et je prends bien le temps de me renseigner. .. ça fait quelques années que je me passionne pour la photo, je n ai pas suivi d études mais j’ai la chance de travailler dans le milieu. J ai un rythme de travail qui me permet d’être chez moi tous les jours à 18h, un salaire fixe, des congés à rallonge… en bref, pas à plaindre ! Mais, j ai ce sentiment de frustration qui m envahit depuis des années et à chaque fois la raison me rattrape. La trentaine passée, je me dis qu il est temps de me donner les moyens d avoir moi aussi mes 20% de bonheur 😉 bien évidemment, j ai peur de mettre ma famille en peril financièrement et de ne pas me dégager un salaire suffisant, etc… je sais que j’ai l énergie pour me bouger, mais c’est une démarche irrémédiable !
    Alors voilà, tu sais presque tout ! Si tu peux me conseiller, c est super, sinon ça n est pas grave, ça m’a fait du bien d écrire !!! 🙂 A bientôt !

    Répondre
    • esquissewei

      Merci Lorene pour votre commentaire, je comprends tout à fait ton point de vue et le plus dur c’est vraiment de passer ce cap. Moi-même j’ai eus du mal au départ, mais une fois que le grand saut est fait il y’a comme quelque chose qui se débloque. Les risques pris doivent être mesurés. Au vu de ta situation il faut en discuter avec ta famille, c’est un point très important. J’ai un ami qui a aussi un travail et il prend son temps pour faire la transition entre son boulot et la photographie.

      Voici une vidéo qui est à regarder au 8EMEEEE degré bien sûr 🙂

      https://www.youtube.com/watch?v=yYnl8MU-500

      A bientôt

      Répondre
  2. emma delatre

    Je suis encore au collège et vos informations m’ont vraiment aider pour mon exposé . Au début je voulais juste être photographe dans divers évènemment maintenant je veux vraiment être photographe indépendante merci beaucoup !

    Répondre
    • esquissewei

      Bonjour Emma,

      J’espère de tout coeur que vous trouverez votre voie 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*
= 5 + 3