Photographe Mariage

Suite à mon article sur comment « bien choisir son photographe de mariage« , voici un autre sujet de blog qui pourra j’espère éclairer à nouveau les futurs mariés à la recherche du bon photographe mariage. Après 2 ans de profession et une centaine de shooting photo et mariage photographié, il me fallait parler un peu des idées reçues à propos des photographes de mariage, et plus communément des photographes tout court (d’où le titre et l’image ne représentant pas de mariés en session photo). Ce métier, qui est en plein expansion avec l’ère du numérique, s’est vu gratifié de tous les noms, compliments et insultes possibles. J’en ai moi-même fait l’expérience (et ce n’est que le début), ça fait du bien comme ça peut faire beaucoup de mal.Voyons un peu ce que j’en pense:

1- Le métier de photographe mariage est facile, il suffit d’appuyer sur un bouton

Celui-là sort souvent. Et il est apparu avec le numérique. Aujourd’hui les cartes mémoire stockent les images à l’infini, nous pouvons voir ce que nous photographions instantanément avec l’écran arrière de notre appareil photo, et il est possible de le programmer en mode rafale puis de capturer tout et n’importe quoi. Au final il y’en aura au moins une dans le lot qui sera bonne. Avec ces nouvelles possibilités même un enfant de 4 ans peut réaliser  de plus belles images que vous. Vraiment? Mais alors où sont passés les bases de la photo, l’art de cadrage, la lecture de la lumière ambiante, la composition, la photo au flash, les ratios, le choix de la focale, l’exposition de la lumière, la mise en scène et j’en passe? A l’ère de la photographie argentique, le photographe de mariage réfléchissait à 2 fois avant d’appuyer sur le déclencheur, il n’avait que 36 poses sur sa pellicule. Il faisait en sorte de bien cadrer, poser et illuminer ses mariés. Et c’est un peu de l’ART (à l’état pur) de la photographie qui s’est perdu avec le numérique. Ce qui a engendré cette idée reçue du métier facile. Franchement, est-ce que vous prendriez un guitariste qui ne connaît pas ses arpèges?

2- Le photographe de mariage roule sur l’or

« 1200€ c’est cher », me disait une future mariée. Oui, c’est vrai que dit comme ça et considéré hors contexte, cette somme peut paraître excessive. Mais considérons que monsieur X est photographe mariage à plein temps. Il est passionné par ce métier, passe toute l’année à perfectionner son art pour capturer les plus belles photos de votre mariage. Et pour vous, monsieur X est le photographe idéal. Mais monsieur X gère une société, il a donc des impôts et taxes à payer, comme tout le monde. Sachant que dans une année il y’a environ 52 semaines (suivant l’année) et que durant l’hiver il n’y a pas beaucoup de mariages, monsieur X doit faire tout son chiffre d’affaire durant la saison haute, c’est à dire à partir du printemps jusqu’au début de l’automne, disons d’avril à octobre. En 7 mois, s’il ne couvre pas suffisamment de mariage, sa société risque très fort de ne pas y survivre. En admettant que monsieur X couvre un mariage par semaine dans la saison haute, cela lui ferait 1200€ X 28, soit 33600€ brut. A cela il faut soustraire les frais de société (taxes) et impôts, frais de déplacement, d’édition du livre ou du DVD, des frais d’envoi, éventuellement du loyer du studio, et bien sûr celui de son domicile, puis les frais d’internet, de rendez-vous, le renouvellement matériel, de la voiture etc. Pensez-vous vraiment que monsieur X puisse vivre avec 33600€? Voila pourquoi un photographe mariage coûte cher (sachant que dans le cas de monsieur X 1200€ n’est pas une grosse somme).

3- C’est le matériel professionnel du photographe mariage qui fait les bonnes photos

Cette idée reçue rejoint celui du premier point. Et il est temps de la démystifier. Quelle est la différence entre un appareil de 200€ et 3000€? A vrai dire pas grand chose. Pour l’essentiel les 2 appareils sont identiques, la différence se fera sur les fonctionnalités. L’appareil de 3000€ permet de photographier en plus grande rafale, possède une construction de meilleure qualité, et a plus de raccourcis et de boutons que celui de 200€. Mais les belles photos sont le résultat de l’œil du photographe, de ses connaissances, son savoir-faire et son art. Quand on regarde les peintures de Rembrandt est-ce que l’on spécule sur ses pinceaux et ses pots de peinture?

4- Les photographes retouchent leurs photos, c’est tricher

Je l’ai entendu encore une fois il y’a quelques jours, un invité du mariage de samedi dernier était amateur de photographie, il est venu me demander conseil sur quelques unes de ses prises de vue, puis je lui ai montré quelques photos de mon portfolio pour lui donner explication. En arrivant sur une image en noir et blanc, il me répondit « oui, mais le noir et blanc c’est tricher ». Ah bon? Mais alors cela voudrait-il dire que tous les photographes de l’argentique tels Henri Cartier-Bresson, Walker Evans ou Willy Ronis sont des tricheurs? La retouche photo est un sujet qui divise beaucoup. Mais il faut savoir que depuis la naissance de la photographie la retouche a fait partie intégrante de la pratique photographique. Lorsqu’un laborantin passe le papier dans les chimies pour obtenir des virages sépia, c’est de la retouche photo. Mais étrangement, le faire sur Photoshop n’est pas aussi bien accepté, et pourtant c’est exactement le même processus.

 5- Une fois rentré chez lui, son travail est terminé

Ouiiiii, et en plus la vie c’est pompélop, boissons illimitées et boîtes de nuit. Et bien non, ce n’est pas du tout comme ça. J’en parlerai dans un autre article de manière plus approfondie, donc pour résumer, lorsque nous finissons le reportage de votre mariage, nous nous reposons de la journée harassante de 15-20h que nous avons eus. Donc mal de dos, courbatures et autres fatigue mentale et physique. Après cela nous sauvegardons vos images sur plusieurs disques durs, puis nous commençons à trier les 1500-2000 photos que nous avons pris. Après cela nous retouchons les centaines d’images sélectionnées, ouvrons une galerie web pour que vous puissiez les visualiser. Et enfin mail, édition du DVD ou du livre, envoi, rectifications suite à votre demande. Et lorsque votre mariage est terminé, nous passons le reste du temps à faire du marketing, à actualiser notre site, à écrire un article sur notre blog pour montrer notre existence, à être présent sur les réseaux sociaux, prendre rendez-vous avec les futurs clients, développer des relations plus approfondies avec nos partenaires, participer à des événements professionnels de notre secteur etc. La réalité de ce métier est très loin de ce que peuvent imaginer certaines personnes. Non nous ne flirtons pas avec nos modèles ou les demoiselles d’honneur, non nous ne buvons pas jusqu’à ne plus savoir tenir un appareil photo durant la réception et non notre travail n’est pas terminé après votre mariage. La vie de photographe c’est 20-30% de prise de photo et 70-80% de marketing. Notre meilleur ami, c’est notre ordinateur. Et comme toute personne à son compte, nous ne comptons plus les heures de travail. Il m’arrive d’être à 10-12h de travail par jour durant toute la semaine. Pas le temps de manifester pour une revalorisation des salaires ou pour une semaine de travail à 35h 🙂

L’art de la photographie est comme tout autre art, il faut beaucoup de temps et de pratique pour le maîtriser. Le numérique a ouvert des possibilités inimaginables auparavant, mais a aussi apporté son lot d’indésirables. Aujourd’hui il faut s’adapter et évoluer avec la technologie qui nous est disponible. Personnellement je suis plus qu’heureux de l’évolution de la photographie. Et je pense que demain tout sera obsolète et une nouvelle pratique naîtra. Non le numérique n’a pas tué la photographie, l’évolution est le destin de toute chose et il faut savoir s’y adapter.

A bon entendeur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*
= 4 + 4